Prévisions e-réputation 2014

E-réputation, les prédictions : que nous réserve 2014 ?

Auteurs : Albéric Guigou, Max Chouzier

Exercice périlleux certes mais aussi particulièrement fun : les prédictions de début d’année. C’est aussi le moment de réaliser à quel point notre environnement est en évolution constante ce qui constitue l’un des bonheurs d’exercer un métier de l’e-réputation.

Chaque année notre écosystème change, se complexifie, les règles sont bouleversées pour nous challenger intellectuellement et techniquement. Alors ne boudons pas notre plaisir et penchons-nous sur ces nouveautés qui feront (ou pas) notre quotidien en 2014 !

L’attaque des Drones

Aujourd’hui utilisés par les militaires, les paparazzis ou les ados, ces petites webcams volantes portent la promesse de bien des atteintes à l’e-réputation. Les images funs qui commencent à circuler sur Youtube devraient faire émerger de premiers cas problématiques très bientôt.

Fermez vos fenêtres ! Ou gardez vos casques de scooter sur la tête !

Un nouveau réseau social qui vient de l’Est

Ces dernières années plusieurs réseaux sociaux venus de l’Est ont défrayé la chronique en raison de leur gestion hasardeuse des données personnelles. Après Badoo en 2012, c’est ask.fm en 2013 qui a eu les honneurs de la presse internationale. En effet, des cas de cyber-harcèlement particulièrement graves y sont survenus, jusqu’à un suicide en Angleterre.

Quel sera donc le prochain site prêt à tout pour gonfler son audience ?

Vkontakte semble fonctionner en Russie mais probablement sans viser l’Europe.

Un membre du gouvernement qui tombe

Une petite phrase un peu trop péremptoire, une plaisanterie excessivement cynique, un secret insuffisamment bien gardé ou une aventure qui n’est pas si secrète que ça, les risques ne sont pas rares pour les membres de l’exécutif comme pour l’ensemble du personnel politique.

La multiplication des matériels informatiques susceptibles de capter images et sons a entraîné une indéniable dilution de la frontière entre sphères privée et publique. Si nos hommes politiques ont bien compris qu’ils devaient se montrer prudents en présence de la perche d’un preneur de son, tous n’ont pas encore les bons réflexes face aux exigences du numérique.

Filmés en permanence, les membres de l’actuel gouvernement ont pour l’heure su se surveiller. Mais le manque de connaissances numériques de certains s’additionne à leur excessive impétuosité pour former un cocktail explosif.

C’est peut-être une prise de parole volontairement publique – par exemple un tweet – qui provoquera une telle chute. Il suffit d’observer la vie politique pour comprendre que certains n’ont sans doute pas encore compris quel retentissement peut avoir un message mal calibré, même lorsqu’il ne prend que 140 caractères.

Un buzz Go Pro :

Autre innovation qui se répand et ne manquera pas de créer des situations funs, scabreuses ou problématiques : la mini-caméra de type Go Pro. Elle est partout sur les champs de bataille avec les soldats US ou français, sur la tête des sportifs qui prennent des risques voire sur le poitrail d’un terroriste comme Merah.

Nous risquons donc de recroiser des images à fort potentiel polémique tout au long de l’année.

Suite à l’affaire Snowden, apparition d’une mode des start-ups assurant une meilleure confidentialité :

Alors que Snapchat connaissait déjà le succès en promettant un certain droit à l’oubli, il est évident que de nombreuses entreprises vont s’engouffrer dans la faille des données personnelles.

Le traumatisme est-il assez fort pour ouvrir la perspective d’un véritable marché ? Il est permis d’y croire car même si les individus ne vont pas révolutionner leurs pratiques du jour au lendemain, les entreprises ont en revanche déjà commencé à prendre des mesures pour :
- mieux préserver leurs échanges
- mieux protéger les données personnelles de leurs clients
- etc.

Le Cloud personnel se développe et rencontre des ratés

Adieu les disques durs, le grand public après les entreprises se convertit massivement au cloud pour stocker ses données. Les données personnelles n’échappent pas à la règle et chacun stocke sur des serveurs distants et pas toujours bien connus : photos, documents financiers, informations médicales, correspondances, etc. Entre le hacking, les pertes de mots de passe et autres mésaventures, les occasions d’atteindre à nos réputations ne devraient pas manquer !

Sélectionnez donc les prestataires les plus sérieux et n’hésitez pas à y mettre un budget en rapport avec l’importance de ces données !

Quelques services intéressants :
Dropbox
Mega : un service un peu différent qui mise sur la protection de la confidentialité

La France est encore en retard sur le sujet mais doit absolument se réveiller !

Résultats sur mobiles et tablettes : la m-réputation

Google, pour ne pas le nommer, affiche des pages de résultats de plus en plus différentes suivant que l’on fait des recherches sur un pc, une tablette ou un mobile. La bonne gestion d’une e-réputation implique donc de prendre en considération cette nouvelle donne.

L’on sait par exemple que le m-commerce ne cesse de gagner en importance et représente près de 30% du trafic de certains sites majeurs.

L’ère de la m-réputation est donc bien en train d’arriver !

Les sociétés spécialisées dans le ciblage publicitaire sous le feu de la critique

Criteo et assimilés vont probablement passer une année assez difficile avec une attention croissante de la part des pouvoirs publics et des consommateurs.
Si ces sociétés agissent aujourd’hui dans un certain flou, cela ne devrait pas durer et leur gestion des données personnelles va devoir s’améliorer face à des parties prenantes sensibilisées.

Si Snowden a mis à mal l’image des géants d’Internet, les acteurs publicitaires ne sortiront pas non plus indemnes de cette prise de conscience mondiale du trafic et de l’observation de nos traces laissées sur le web.

Internet des objets

On en parle de plus en plus, en 2014 de nombreux objets du quotidien vont se doter de réelles capacités numériques. Véritables stars du dernier CES, ces objets (dont beaucoup sont français) vont envahir nos vies : pèse-personne, bracelet, brosse à dents, etc.  Plus encore que les ventes, qui vont démarrer timidement, ce sont les débats sur ce thème qui vont faire trembler 2014.

L’internet des objets, c’est des fonctionnalités supplémentaires mais c’est aussi et surtout une autoroute offerte aux données privées de toutes sortes pour rejoindre les immenses bases de données déjà constituées.

Première controverse en date : un projet de loi tout juste rédigé prévoyant d’autoriser le parquet à procéder à des géolocalisations en temps réel de “tout objet” : http://www.numerama.com/magazine/28010-un-projet-de-loi-pour-autoriser-la-geolocalisation-policiere-de-tout-objet.html.

Associations, lobbys, autorités administratives et assemblée nationale s’empareront tous à grand  bruit de ces débats en 2014.

L’impression 3D met la propriété intellectuelle sous pression

L’impression 3D crée beaucoup d’heureux mais va aussi confronter au piratage des sociétés qui ne s’y étaient pas attendues jusque là. Il en va ainsi en particulier des fabricants de certains types de jouets et en particulier de figurines en plastique comme la célèbre collection Warhammer.

Comment vont réagir ces acteurs ? Sauront-ils s’adapter plus rapidement que les industries qui ont été touchées précédemment comme le jeu vidéo, la musique ou le cinéma ?

Va-t-on bientôt connaître un Spotify du soldat en plastique ? Un iTunes de la brique de construction ?

Une nouvelle salve de critiques visant “l’Internet”

Si internet fait désormais durablement partie de nos vies, nombreux sont ceux qui n’en comprennent pas fondamentalement l’essence et qui oublient que cet outil n’est intrinsèquement ni bon ni mauvais. D’où la tentation de le rendre responsable de tous nos maux.

Le début de l’année est marqué par l’explosion du phénomène Dieudonné, des relents racistes et antisémites présents depuis toujours mais soudainement médiatisés vont sans aucun doute entraîner un regain de méfiance envers l’Internet.

De notre côté, nous continuerons toujours autant de croire aux vertus du web et à sa capacité à nous surprendre en 2014 !