- 7 commentaires

E-réputation, les prédictions : que nous réserve 2012?

ce que nous réserve l'e-réputation en 2012

Bon autant le dire avant toutes choses, je plaide ici pour ma paroisse.

Comme entrepreneur, je me dois d’avoir une vision pour Reputation Squad et donc pour son marché, son écosystème. La voici en ce qui concerne les évolutions que je vois se dessiner pour les prochains mois et qui vont en conséquence façonner une bonne partie de notre stratégie d’entreprise et en particulier nos recrutements et développements technologiques.

Bien sûr, j’en garde certaines pour moi car ce sont celles sur lesquelles je mise pour préserver nos avantages concurrentiels 😉

Je tiens à souligner que parmi ces “prédictions”, plusieurs sont des tendances que nous avons déjà pu observer dans notre quotidien d’agence e-réputation.

 

1- Les réseaux sociaux se professionnalisent et montrent une capacité croissante à respecter la Loi des pays et par la même, la vie privée de leurs utilisateurs

Ex: Les données personnelles sont un enjeu majeur pour l’économie numérique mondiale, face à l’internationalisation des réseaux, le droit des données personnelles va tendre vers un renforcement et une harmonisation des règles entre les US et l’UE.
Ainsi, la directive « données personnelles » va être réformée sous la forme d’un règlement pour uniformiser la protection au sein des Etats membres.
Facebook intègrera des fonctionnalités spécifiques dans certains pays pour la suppression de ses informations personnelles.

2-Les citoyens se mettent à faire du e-lobbying

Ils le feront de manière systématique dès qu’un sujet est un tant soit peu mobilisateur. Les décisions se prendront de plus en plus dans la concertation et la transparence.

Ex: les mairies doivent mettre en place un dialogue quotidien sur les réseaux et chaque lancement de nouveaux projets, chantiers, etc. nécessite un véritable plan de communication pour évangéliser et éviter une paralysie par les contestataires de plus en plus organisés.

3- La Page de résultats Google perd de son importance devant l’individualisation des résultats

Une stratégie globale SEO et sociale devient indispensable.

Ex: Noyer un résultat négatif devient à la fois difficile et vain dans de nombreux cas, une stratégie plus complexe et complète s’impose face aux nouveaux algorithmes et au poids accordé au social.

4-Des usurpations d’identités sur les réseaux sociaux créeront de véritables crises corporate

Ex: Un faux compte Facebook d’un grand patron allemand a progressivement obtenu de nombreux journalistes comme friends. Il distille petit à petit des informations compromettantes, flairant le scoop, Bild Zeitung fait sa Une sur les frasques supposées du capitaine d’industrie. Bad buzz, cours de bourse qui plonge, condamnation par les politiques, etc. les conséquences sont bien réelles avant qu’un démenti ne mette fin à la polémique.

5-Les outils de veille sur les images deviennent un enjeu majeur

Il le seront d’autant plus face à l’explosion du nombre de photos partagées sur les réseaux traditionnels et à la popularisation des réseaux dédiés comme Instagram.

Ex: dans le tourisme, l’hôtellerie et la restauration; la réputation va évoluer de plus en plus rapidement et dépendre grandement des derniers flux de photos auxquels les internautes souscrivent. L’on ne pourra pas les ignorer pour comprendre la réalité de la perception de ces marques. D’autant plus que ces photos seront géolocalisées…

6-Des mouvements terroristes purement digitaux vont apparaître

Ils revendiqueront une indépendance vis-à-vis des groupuscules militants traditionnels.

Ex: un mouvement extrémiste chrétien nord-américain s’attaque aux systèmes informatiques des cliniques pratiquant l’IVG et met en ligne les dossiers médicaux de patients.

7-Le Droit de l’E-réputation se développe et une jurisprudence “dure” apparaît sur les questions plus graves

Ex: des campagnes de harcèlement ayant occasionné des conséquences financières graves sont sanctionnées de manière conséquente par les juges qui commencent à percevoir les enjeux de l’e-réputation.

8-La complexité de l’écosystème nécessite une taille critique pour les agences

Les clients attendent des solutions concrètes, globales et transnationales. Les agences doivent s’adapter avec des personnels qualifiés sur l’ensemble des métiers de l’e-réputation , une présence ou et/un staff international sont un prè-requis.

Ex: Pour gérer un retrait de produit dans l’industrie pharmaceutique, le laboratoire cherchera un interlocuteur susceptible de coordonner la communication e-corporate au niveau mondial.

9-Conséquence de cette situation

Les très petites structures se concentrant sur la formation et le conseil rencontrent des difficultés sur un marché mûrissant.

Ex: devant la dimension des enjeux (d’image comme financiers), les entreprises veulent des structures auxquelles elles peuvent demander des comptes le cas échéant et attendent une implication de long terme.

10-Les organisations syndicales vont mener de véritables cyberguerres militantes face aux multinationales

Ces cyberguerres auront pour but de faire plier les multinationales lors de négociations salariales, etc.

Ex: suite à l’annonce d’un plan de licenciement massif d’une société du CAC 40 annonçant des résultats financiers importants, un groupement de syndicats encourage ses militants à attaquer les pages facebook, à polluer les pages wikipédias et même à “outer” des informations personnelles des dirigeants obtenues de l’intérieur.

11-La voie que nous avons ouverte avec notre assurance e-réputation, première mondiale lancée en Juin avec Swiss Life, va se poursuivre et s’étendre

Tous les assureurs importants proposeront bientôt des solutions e-réputation pour les particuliers mais également pour les professionnels et les entreprises.
Reputation Squad aura de nouvelles annonces fortes sur ce thème durant l’année et il est probable que mon associé Fabrice rédige des billets sur ces questions prochainement.

Ex: L’assurance e-réputation des médecins apparaît pour couvrir ce risque en plus des nombreux risques pour lesquels ils souscrivent d’ores et déjà.

12-En France comme aux USA pour être ministre ou obtenir des postes en vue, votre e-réputation et votre influence sur les réseaux sociaux joueront un rôle précieux

Staline disait bien: “Le Pape, combien de divisions?”, le vainqueur de la Présidentielle dira probablement: “combien de followers?”. Il suffit de voir une Nadine Morano qui s’active sur Twitter au point que cela en devient même sa principale actualité.

Ex: que peut-on refuser à une NKM qui a 8 fois plus de followers que l’UMP???

13-La pérennité des business models reposant sur la crédulité des internautes va aller en déclinant à la vitesse grand V

Ex: de nombreux sites de voyance en ligne vont subir une baisse majeure de chiffre d’affaires.

14-Mesurer son influence ne sera plus un jeu mais un véritable enjeu marketing et commercial

Les entreprises évalueront le réseau de leurs recrues et leur charisme numérique avant de les embaucher.

Ex: de nombreuses agences digitales ne recruteront plus de community managers avec un Klout inférieur à 35.

Et vous, quelles sont vos prédictions?

  • fch

    Merci pour le billet intéressant.

    Je suis particulièrement d’accord sur la prédiction numéro 2 (e-lobbying). 
    On l’a déjà allègrement vu cette année, notamment dans les affaires Cora Mondelange et Petit Bateau, qui ont réussi à faire douter leur direction.
    Il est clair que 2012 va voir apparaître une certaine démocratie entreprise/consommateurs (ou plus globalement internautes). Dans ce cadre on risque certainement de voir apparaître d’une manière ou d’une autre de la manipulation, pourquoi pas en passant par des leaders d’opinion.

    • Merci. En effet, sans aller jusqu’à la manipulation il est clair que les luttes d’influence se déportent de plus en plus ligne.

  • On retrouve beaucoup de tendance qui sont bien réelles dans ce billet! Mais il faut toutefois les pondérer. Oui les citoyens utilisent Internet pour faire du lobbying, mais cela reste une portion congrue de la population. Il faudra plus qu’une année pour y voir un réel changement. 

    Et si au Etat-Unis, l’e-reputation à gagner la politique de manière importante, la France n’en est qu’à ses balbutiements.

  • Rien sur les faux avis  ? 

    • Rien de révolutionnaire, seulement une poursuite des tendances actuelles:
      – Les grandes plateformes d’avis vont faciliter l’intégration sociale et l’identification des auteurs
      – La réglementation et la maturité des internautes vont faire baisser leur influence

      Par contre oui une prédiction: je ne crois pas du tout en l’avenir des plateformes qui se montent seulement avec cet axe de l’avis certifié. Les gens veulent continuer à utiliser les mêmes palteformes mais avec une inscription et une identification facilitée avec FB ou twitter par exemple, comme nous le faisons tous les deux avec disqus.

  • Je conçois difficilement que les organisations syndicales deviennent de véritables « cyber-guerriers » vue leur faible acculturation (actuelle) au web. La CGT ou FO, c’est encore loin d’être Greenpeace ou la PETA.

    Enfin, la communication dans le cadre d’une réorganisation d’entreprise est encadrée juridiquement par une procédure d’information-consultation. En résumé, communiquer à tout va sur ce type de sujet sur le web et c’est le délit d’entrave assuré soit l’invalidation de tout le plan.

  • johnette90

    I agree!@!!!!