- Pas de commentaire

Emmanuel Besnier (PDG de Lactalis, leader mondial des produits laitiers) : être invisible et grand patron

Les grands patrons ont de nombreuses manières de vivre leur notoriété : certains s’affichent tels des « peoples » (on se souvient de Jean-Marie Messier au début des années 2000 ou de Richard Branson encore aujourd’hui) et d’autres préfèrent rester discrets (par exemple, Bernard Arnaud ne donne que très rarement des interviews). Nous avons découvert récemment une « nouvelle espèce de grand Patron» : l’invisible. En effet, Le Point du 19 mai 2011 a consacré une enquête de 4 pages sur « Besnier, le milliardaire invisible ». Selon le Point, Emmanuel Besnier (40 ans, 15ème fortune de France), patron et principal actionnaire de Lactalis (10,4 milliards d’euros de CA) cultive une discrétion hors pair :

-100 personnes connaitraient son visage à Laval (sa ville natale et celle où est implanté son groupe);
-seules 2 ou 3 photos de lui auraient été publiées ;
-il n’aurait jamais accordé d’interview.

Nous sommes souvent confrontés chez Reputation Squad à des dirigeants ou personnalités souhaitant rester discrets. Il est en revanche très rare de retrouver cela chez des grands patrons qui de par leurs fonctions, ont besoin de rassurer les salariés et banquiers par de la communication externe.  Le « cas Emmanuel Besnier » d’un point de vue e-reputation est donc très intéressant.

Emmanuel Besnier est-il réellement invisible sur le net ?

Nous avons donc poursuivi l’étude du Point sur le net afin nous rendre compte par nous-mêmes.

Photos : nous confirmons, 3 ou 4 photos très semblables disponibles.
Wikipedia : aucune page consacrée à Emmanuel Besnier. Juste une mention sur la page Wikipedia –très incomplète- du groupe Lactalis.
Interviews, biographies : pas d’interview ni de biographie complète. Des articles (L’express, Ouest France…) tous sur la même thématique : Emmanuel Besnier l’homme secret. Un article –sans grand intérêt- sur une condamnation du groupe en 2000 est  facilement identifiable.
Opposants : ils commencent à être visibles (Confédération paysanne de la Loire, page Wikipédia du groupe dégradée) mais cela reste limité.
Données personnelles : nous en avons trouvé.

En recoupant les différents éléments sur le net, des informations sont disponibles sur Monsieur Emmanuel Besnier. En revanche, il ne maîtrise aucune de ces informations.

Pour un grand patron, être invisible est-il une bonne solution ?

Il existe plusieurs raisons pour un grand patron d’être présent dans les médias et sur internet en particulier. Ces raisons peuvent être à la fois « offensives » (communiquer positivement sur votre groupe ou sur une opération) que « défensives » (occuper la place avant vos détracteurs). Nous avons isolé ci-après 4 raisons qui font qu’il est préférable pour un grand patron d’être présent dans les médias :

1.      Si vous n’êtes pas présents, d’autres créeront cette présence pour vous

En effet, vous ne maîtrisez pas les informations disponibles sur vous (photos et vidéos à votre insu, articles écrits sans votre accord, pas d’interviews pour « occuper le terrain »).

2.      Etre absent équivaut à laisser un boulevard à vos ennemis/détracteurs

Une faible présence dans les médias et particulièrement sur internet facilite grandement le travail de déstabilisation de vos ennemis. Cela devient aisé de mener une campagne de dénigrement sur internet afin de vous discréditer si vous n’avez jamais la parole. Pour prendre l’exemple du groupe Lactalis, les « ennemis » potentiels ne manquent pas : distributeurs (Lactalis a récemment boycotté les centres Leclerc), les producteurs de lait (des procès sont en cours), concurrents sur l’affaire Parmalat… En bref, la première crise sur internet sera très visible.

3.      L’absence intrigue et, dans les grands moments de la vie de l’entreprise, vous devez rassurer et non pas intriguer

Les grands moments de la vie de l’entreprise (investissements, acquisitions, recherche de fonds propres…) passent en général par une période de séduction où le « mystère » rime en général avec   « risques » pour un partenaire financier. Il est rarement bon d’avoir une image « à la Monsanto » où l’on est convaincu que vous avez quelque chose à cacher.

4.      Si l’on ne trouve pas d’information sur vous, on enquête

Nous constatons que les gens aiment trouver le minimum vital sur vous lorsqu’ils doivent négocier un contrat important avec vous. Ils souhaitent trouver à minima une photo récente, votre parcours (comment êtes-vous devenu le patron ?), une page Wikipedia… Ne rien trouver peut clairement conduire certains interlocuteurs à aller plus loin dans leur recherche, ce qui n’est souhaitable pour personne.